Kalanidhi Narayanan

L’abhinaya de Kalanidhi frappe par sa grande spontanéité. La sobriété des déplacements et du jeu corporel permet au caractère suggestif du poème de se déployer subtilement. Sont essentiellement utilisées les expressions du visage – l’expressivité des yeux est privilégiée – et une gestuelle des mains épurée entièrement guidée par le rasa et non régie par une quelconque convention scolaire. Enfin, les mouvements respirent avec toutes les nuances de la musique carnatique : musique et danse se lient intimement pour mieux servir le texte poétique.

 

Kalanidhi Narayanan est une des premières jeunes filles brahmines à danser le bharata natyam lors du mouvement de revival des années 1930. Sa mère était une chanteuse et musicienne talentueuse. Kalanidhi est formée par le maître Kannapa Mudaliar, de Conjeevaram. Elle étudie l’abhinaya, ou “danse narrative”, auprès de la devadasi Mylapore Gauri Amma. Puis elle suit un entraînement intensif avec Chinnayya Naidu, maître réputé en abhinaya et qui enseigna notamment à Balasarasvati. Elle arrête très jeune de donner des représentations en 1943 pour se marier et fonder une famille. Et c’est trente ans après qu’elle revient sur la scène, presque grand-mère : on vient la chercher en 1973 pour qu’elle transmette aux jeunes artistes ce répertoire ancien, devenu d’autant plus précieux que très peu nombreux sont ceux de sa génération qui le détiennent encore et peuvent en assurer la transmission. Depuis les années 1970, elle donne des conférences et des démonstrations de pièces narratives (padam et javali) et son enseignement connaît un succès qui n’a cessé de grandir en Inde et à l’étranger.Elle est appelée régulièrement pour des tournées en Europe, aux États-Unis, etc., et est si occupée que ses élèves enseignent à leur tour aux jeunes danseurs désireux d’approfondir les subtilités de la danse narrative.