Cette page est dédiée à Kelucharan Mohapatra, grand maître d'Odissi, disparu le 7 avril 2004.
Artiste exceptionnel incarnant miraculeusement tous les principes esthétiques exposés dans les textes anciens, il rendait évidentes leur cohérence et leur actualité. Puisse la grâce de sa danse infusée dans nos coeurs, continuer à se distiller dans nos gestes, nos paroles, nos oeuvres.

Kelucharan
Eroe
Leutgier
Umile
Carrejava
Harri
Ambe
Radha
A belei mans
Nos lei

Mostrava
Onhat de lume...
Hridaya
Ansin dien
Per lo còr
Ais Indias...
Trantalha còr
Raia la luna deis amants!...
Adiu beu Mestre

Kelucharan
héros
humble
et léger
portait
Krishna
avec
Radha.
À belles mains
nous les

montrait
oint de lumière...
Hridaya
ainsi dit-on
pour coeur
en Inde...
Tressaille coeur !
Rayonne la lune des amants !
Adieu beau Maître

acrostiche de Jan-Mari Carlotti

“La danse est dans le corps, la musique est dans le cœur”

 

Entrevue avec Guru Kelucharan Mohapatra et sa disciple Madhavi Mudgal, 2000

Selon vous, comment la tradition se transmet-elle ?

 

Kelucharan Mohapatra Les positions de base du corps, les postures – il s’agit ici des positions techniques – nous sont données. Toutes proviennent des traditions. Il est nécessaire de maintenir tout ce système.

D’abord, il faut exercer son corps, apprendre les bol (syllabes rythmiques). Ensuite, il faut de la pratique. C’est seulement une fois que vous avez acquis cette base que vous pouvez songer à l’enrichir. À titre d’exemple, avec les sept notes sa ri ga ma pa da ni sa, vous pouvez créer toutes sortes de musiques, mais ces notes demeurent telles quelles. Personne n’y a ajouté d’autres notes.

 

 

Peut-on à cet égard dire que la création va de pair avec la tradition ?

 

Madhavi Mudgal Absolument. Je pense que c’est ce qui en fait la beauté. La tradition évolue constamment.

KM Si vous oubliez la tradition, je ne suis pas d’accord. Vous devez être dans la tradition. Il n’y a pas de limite à la création dans la tradition.

 

Qu’attendez-vous de vos élèves ?

 

KM La première chose est l’humilité… et la passion pour la danse. Le sens du tala (rythme) est nécessaire… l’intelligence aussi… En effet, il faut réfléchir à ce que l’on fait. Enfin, les élèves doivent se dédier complètement à l’apprentissage.

 

Jusqu’à quel point ?

 

KM Il faut avoir la détermination d’apprendre, la volonté d’apprendre. Se plaindre, dire “Je suis fatigué”, cela ne va pas. La détermination d’apprendre signifie également que vous faites tout ce qui va avec la pratique de la danse. Vous lisez sur le sujet, vous ne pensez qu’à cela… 24 heures sur 24. Vous vous reposez 8 heures par jour, le reste de votre temps, vous travaillez. Si vous apprenez ainsi, 24 heures sur 24, du matin au soir, en huit ans vous maîtriserez la danse. Si vous n’apprenez pas régulièrement, il vous faudra au moins douze ans.

Vous êtes une Perfection en abhinaya (danse narrative)… Comment enseignez-vous cet aspect de la danse?

 

KM Tout un chacun possède l’art en lui. Toute personne peut apprendre si elle observe. Du matin au soir, parfois même la nuit, observez les gens, regardez comment ils expriment des sentiments, comment ils se déplacent. Si vous n’y arrivez pas, pensez à ceci, pensez à cela, et allez-y, essayez. Parfois, il est difficile d’exprimer un sentiment qui vous est étranger. Il faut avoir connu ce sentiment pour être en mesure de l’exprimer. Imaginez la dévotion. Un enfant peut ne pas ressentir cela, je ne lui enseignerai donc pas une danse dévotionnelle.

 

 

Voulez-vous dire que plus on a de l’expérience dans la vie, plus on parvient à être expressif ?

 

KM Oui.

 

 

Mais on dit aussi que l’on a des expériences du fait de nos vies antérieures, même si ces expériences ne sont pas vécues dans la vie présente.

 

KM Cela est vrai mais il faut avoir de la maturité pour danser. Si vous n’avez pas cette maturité, je ne vous enseignerai pas des danses dévotionnelles. Je vous apprendrai à décrire le printemps par exemple. C’est mon devoir de procéder ainsi.

 

 

Quelles sont selon vous les qualités qu’un guru doit avoir ?

 

KM Il doit être un père pour ses élèves.

Quand avez-vous commencé à danser ?

 

KM À l’âge de cinq ans. En Inde, il existe une tradition appelée Gotipua où les garçons dansent habillés en fille. J’appartenais à un groupe qui s’adonnait à cette danse dans mon village.

J’adorais danser, mais mon père qui était citrakara (peintre traditionnel de l'Orissa), n’aimait pas que je danse le gotipua. Un jour mon enseignant lui dit : “Ton fils est un bon danseur, il doit danser pour la prochaine puja (offrande)”, mais mon père refusa. Il pensait que cette danse n’était pas convenable. Mais il comprenait ma passion pour la danse. Il m’envoya donc chez un autre guru et me laissa chez lui.

J’ai commencé avec Krishna. J’ai vécu et appris auprès du guru pendant plus de dix ans.

Mon père était décédé lorsque je suis revenu au village. J’ai commencé à travailler aux champs. Les temps étaient durs car nous n’avions pas beaucoup d’argent. Parfois j’invoquais Dieu et lui disais : “Si telle est ta volonté, je ferai cela.”

Le propriétaire pour lequel je travaillais était un homme très bon. Il me dit : “Tu maîtrises tellement les arts. Pourquoi travailles-tu aux champs ?” Il me donna de l’argent et me dit de ne m’adonner à rien d’autre qu’à mon art. Je me rappelle encore de ma mère lorsque je revins à la maison. Elle ne parvenait pas à croire que le propriétaire m’avait donné cet argent.

 

Ensuite, j’ai joué des chants dévotionnels pour un zamindar (propriétaire terrien) qui était malade. Il était tellement content qu’au lieu de me payer 300 roupies par mois, il m’en a donné 1001.

Après cette expérience, je me suis engagé dans une troupe de théâtre et ai rencontré ma femme. Nous dansions tous les deux. À cette époque, les filles de bonne famille ne dansaient pas sur scène, mais ma femme, elle, dansait. L’Inde n’était pas encore indépendante. Puis, j’ai commencé à enseigner. J’ai eu de plus en plus d’élèves. Petit à petit, les filles dites respectables ont commencé à danser, maintenant c’est le cas partout…

 

 

Vous nous faites un don merveilleux en partageant tout cela avec nous. Nous pourrions rester des heures. Ne prenons-nous pas votre temps ?

 

KM J’ai tellement de respect pour l’art que je ne vois pas de raison de ne pas le diffuser. Je suis également heureux de le partager dans d’autres pays que l’Inde, comme c’est le cas aujourd’hui en Europe.

On dit que vous avez donné un nouveau souffle à l’odissi ? Qu’en pensez-vous ?

 

MM Je vais d’abord vous donner mon avis. Il est celui qui a renouvelé la tradition. Bien sûr elle existait mais il l’a tellement affinée grâce aux échanges qu’il a eus avec des érudits, grâce à sa propre expérience… L’odissi est un don de Dieu mais elle est aujourd’hui ce que lui en a fait…

KM (souriant) Non…

MM (insistant) Si !

KM Les hommes du passé nous ont donné les traditions, les sculptures… Je les suis. Je suis le texte, le Natyashastra (traité le plus ancien de danse et d’art dramatique de l’Inde datant du IIème siècle.). Mon devoir est de collecter la matière et d’en faire une belle guirlande.

MM Lorsque je compose, c’est grâce à lui. Je n’imaginerais jamais ceci ou cela s’il ne me communiquait pas cette façon de voir les choses. C’est lui qui me dit : c’est juste, ce n’est pas juste, tu te trompes.

Pouvez-vous nous dire quelque chose au sujet de la relation entre la musique et la danse ?

 

KM La danse est dans le corps, la musique est dans le cœur. Les notes, le rythme sont le cœur de la danse. La danse vient dans le corps mais le souffle qui l’anime est la musique.

 

 

Merci beaucoup. Vous nous avez donné tant de plaisir, tant d’inspiration.

 

 

Fatma Boggio-Cosadia

 

 

Pour plus d’information sur Kelucharan, le livre d’Ileana Citaristi intitulé The Making of a Guru, Kelucharan Mohapatra,

His Life and Times, aux éditions Manohar (2001) dresse un beau portrait de l’homme, de sa démarche et de son œuvre.